LE CHATEAU ET SON SITE

- Revoir ma 8° balade (son parcours)
- Visiter Pareynou
- Visiter Puyfaucon

Borie-Bru vu depuis Puyfaucon

- Après Puyfaucon, je mets le cap sur le château de Borie-Brut. Nous avons visité Borie-Petit, Vignéras, voici donc la troisième merveille de la commune qui se présente à l'horizon. Je laisse sur le côté gauche le Bost et son hameau sur lequel je reviendrais pour rejoindre le château.
- La toponymie nous indique que c’était une borie appartenant à une famille Bru. Je parviens donc directement par la route au château, gardé par son cèdre qui siège sur son parc (photo juillet 1996). (Nota : Bru est écrit tantôt avec un "t", tantôt sans la lettre "t")

route du château (au fond Puyfaucon)

- Venant de Puyfaucon et du Bost, une petite route bitumée m’amène droit au château (photo ci-dessus septembre 1996).

champ de maïs près du château

- Un champ de maïs en pleine floraison occupe le terrain alentour (photo juillet 1996). Puis la mare qui a longtemps servi aux bouilleurs de crus. Un arrêté municipal en date du 13 octobre 1940 autorisait d’ailleurs ici même la distillation des alcools en ces lieux, tout comme à la mare de Barbe ou à la fontaine de la Grange (photo septembre 1996).

mare de Borie Bru

bourg vu de borie bru

- Soudain à ma droite, le bourg de la commune et son clocher sont là pour me surveiller, une fois de plus (photo juillet 1996).

entrée du château de Borie-Bru

- Ancienne borie, puis repaire tenu en arrière fief par le maire et consuls de Périgueux, Borie-Bru appartenait au 14° siècle à M. de Méredieu, conseiller du roi au siège Présidial de Périgueux, puis à la famille de La Douze. C’est actuellement un centre aéré très moderne, propriété de la Caisse d’Allocations Familiales de la Dordogne (photo juillet 1996).

cour du château et son arbre

- Dans la cour les bâtiments destinés aux enfants entourent ce sapin visible à plusieurs kilomètres à la ronde avec le cèdre son compère (photo septembre 1996).

Piscine de Borie-Brut

- Plus loin, la piscine fait la joie des petits périgourdins durant les vacances scolaires. J’ai alors une pensée pour les aviateurs anglais tombés si près un 5 août 1944, et pour qui nous devons une parcelle de notre liberté et pour lesquels on évoquera leur drame lors de la future publication (photo septembre 1996).

portail d'entrée de Borie-Brut

- Ici se trouve l’entrée initiale du château, lorsque celui-ci n’était qu’une Borie accessible (peut-être) depuis la route d’Agonac (photo septembre 1996). Pourtant le cadastre Napoléonien ne nous indique pas une entrée de ce côté..., ce qui signifie que celle-ci date sans doute du début du 20° siècle.

portail d'entrée et terrain de jeu à Borie-Bru

- Aujourd’hui et pour la sécurité des enfants, on a agrandi et clôturé le domaine. Au fond on retrouve les deux piliers d’entrée spécifiques aux grandes propriétés du temps jadis, puis devant, une grande allée avec des rochers d’où l’eau jaillissait et ruisselait (photo septembre 1996).

façade Est de Borie-Brut

- Je ne me lasse pas de prendre des photos de ce château, notamment la façade Est derrière laquelle se dégage les deux cèdres vus à plusieurs kilomètres à la ronde (photo juillet 1997).

communs du château Borie Bru

- Les communs aussi ont eu leur histoire avec les valets et les métayers qui allaient et venaient pour travailler, pour stocker les récoltes et la nourriture des bêtes (photo juillet 1997).

espaces verts autour de Borie-Bru

- A part tout cela, Borie-Brut c’est comme ailleurs : avec son calme et sa verdure devenus pour l’heure paradis des enfants de Périgueux et de sa périphérie (photo juillet 1997).

façade est du château

- Retour sur cette façade Est que l’on peut apercevoir depuis Fosse Rouge, depuis la place de Gaulle au bourg ou encore du cimetière. On reconnait d’ailleurs l’alignement des petites niches situées au niveau au niveau du toit et visibles à des kilomètres à la ronde (photo janvier 1996).

le bourg vu de puis Borie-Bru

- Avant de quitter ce site, je jette un dernier regard sur le clocher dont le téléobjectif trahit la distance (1750 mètres à vol d’oiseau) (photo janvier 1997). En 1936 vivaient Marie-René Hées, ingénieur civil patron du domaine avec son épouse Suzanne Arnaud de la Ménardière, plus Marie-René Chaix sa belle fille et Lydia Luppio bonne à tout faire. Au château vivaient aussi une famille de métayers de M. Hées avec Corentin Andro, son épouse Marie, Raymond, Louis, Janine ses enfants. Résidaient enfin M. Marc Paul le jardinier de M. Hées avec son épouse Corentine et son fils Joseph, soit 12 habitants.

CHAMPCEVINEL – BORIE BRUT ET SON CHATEAU - © BERNARD PECCABIN
Reportage photo sur une commune du Périgord Blanc quelques années avant le deuxième millénaire
Cliquez ici pour retrouver la page accueil de "Parcourir Champcevinel"

Prochaine étape : 5 août 1944 à Borie-Brut