mardi 26 août 2014

LE BOURG

- Il se caractérise par sa position géographique puisqu’il se situe presqu’au centre du territoire de la commune. Son clocher d’ardoise (typique à ceux des villages des alentours, excepté Agonac), élancé vers le ciel reste le point de repaire idéal pour tout les habitants de Champcevinel et d’ailleurs. Autour de l’église, on retrouve les bâtiments publics entièrement restaurés que nous découvrirons dans les pages de ce reportage. Notons par ailleurs les nouvelles constructions, les lotissements et d’autres infrastructures amenées ici et là suite à l’évolution des besoins de la population locale.

de penlèbre 2001

Notre photo : Vue générale du Bourg, depuis Penlèbre (octobre 1996)

CHAMPCEVINEL - LE BOURG © BERNARD PECCABIN

Posté par Bernard PECCABIN à 16:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


mardi 16 septembre 2014

LA VISITE DU BOURG

Visite du bourg

Posté par Bernard PECCABIN à 14:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

VISITE DE L’EGLISE SAINT-MARC

le clocher

- Le bourg de Champcevinel tire son originalité de par sa faible population par rapport à l’ensemble de la commune, mais aussi et surtout de par son regroupement autour de sa majesté "le clocher". Bien sûr, les lotissements ont permis de donner une nouvelle dimension à l’urbanisation, mais en définitive, on retrouve toujours sur cette bosse haute de 205 mètres une concentration d’habitations rassemblées fidèlement autour de cet ange gardien qui, s’il pouvait parler, pourrait nous raconter une belle page de l’histoire de France. (photo septembre 1996)

- Ci-contre l’extrémité du clocher et son paratonnerre. "La coq des clochers del'extrimité du clocher de Champcevinel France ne symbolise pas le peuple gaulois mais probablement l’attente du soleil levant, toujours salué par le chant des coqs. La dévotion au soleil levant, préchrétienne, mais transformée par Saint-Patrick en dévotion au "Soleil de Justice" (c'est-à-dire au Christ), était restée vive chez les moines irlandais qui ont rechristianisé la Gaule au VI-IX° siècle ; ils ont vers cette époque introduit les coqs sur le continent (photo septembre 1996)

CHAMPCEVINEL - EGLISE SAINT-MARC - © BERNARD PECCABIN

Posté par Bernard PECCABIN à 15:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

mercredi 17 septembre 2014

L’EGLISE DE CHAMPCEVINEL EN 1353 ?

- Cette image relève uniquement de mon imagination, de ce qui pourrait être l’allure de notre chère église à cette époque, fière et imposante, prête à résister à tous les assauts et à protéger dans sa nef les villageois apeurés, tel que c’est écrit sur le livre de Christiane Piboyeu.
- Au dessus de la nef il n’est pas impossible qu’il existait une salle refuge pour nos  villageois, par laquelle on accédait par une trappe, alors qu’à l’extérieur, certainement des fossés et des chemins de ronde parachevaient la protection de cette bastille.
- Loin dans la campagne environnante, apparaissait alors ce fort imposant, celui de notre Champcevinel oublié et disparu…

l'église imaginée en 1353

Un brin d’histoire - 1353 : le comte du Périgord, Roger Bernard fortifie l’église qui devient une bastille à tour crénelée, percée d’archières et flanquée d’échauguettes. Il y place une garnison pour s’opposer aux anglais durant la guerre de Cent Ans. (Imaginons cette tour avec peut-être un chemin de ronde et des soldats en train de guetter de ce point haut et en direction du Sud).
Au cours de la guerre de Cent ans, Champcevinel occupait une place forte pour protéger la ville de Périgueux. C’est certainement pour cette raison que l’église devint une Bastille avec toute une garnison de soldats pour observer, prévenir et se défendre de l’envahisseur anglais. Cette forteresse construite en 1353 par Roger Bernard  comte du Périgord,  possédait une tour crénelée percée d’archières et flanquée d’échauguettes. Elle avait alors l’entrée située côté cœur actuel, précédée d’un auvent reposant sur des colonnes dont l’une soutient actuellement la charpente d’un hangar de Fosse Rouge.
Au 16° siècle, l’église est incendiée. Vingt-sept personnes qui s’étaient enfermées dans la tour, périrent brûlées vives par les Huguenots (vers 1575). L’église fut reconstruite vers 1577 puis à nouveau vers 1875. (source : livre de Christiane Piboyeu "Champcevinel, le chemin parcouru".)

CHAMPCEVINEL - L’EGLISE en 1353- © BERNARD PECCABIN

Posté par Bernard PECCABIN à 18:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

jeudi 18 septembre 2014

L’EGLISE AUJOURD’HUI

entrée de l'église

- Entrée de l’église. C’est de ce côté que se trouvait le cœur de l’église précédente, c'est-à-dire en direction de l’Est (juillet 1996).

NB : Entre 1874 et 1877, l’église Saint-Marc est édifiée sur le même emplacement que l’ancienne, en inversant l’entrée et le chœur. Consacrée le 16 mai 1878 par Monseigneur Dabert évêque de Périgueux, elle est certainement la troisième construite à cet endroit.
Véritable point de repaire des habitants de la commune, le clocher est visible depuis de nombreux hameaux du territoire. Partons à la découverte de ces lieux pour voir toujours ce clocher, et constater que nos ancêtres savaient tout compte fait bien choisir les points stratégiques sur le terrain à ces époques lointaines. (source : livre de Christiane Piboyeu "Champcevinel, le chemin parcouru".)

intérieur de l'église Saint-Marc

- Intérieur de l'église Saint-Marc. Au fond les vitraux provenent de l'atelier de Bessieras (photo novembre 1996)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

les choeurs de l'église

- Chœur droit ou chapelle de l’église Saint-Marc (novembre 1996) puis Chœur gauche ou chapelle de l’église.

Ci-dessous, plaque commémorative de la guerre 14-18. Sur le mur, on remarque les panneaux relatant le chemin de croix du Christ (photo nov. 1996).

plaque commémorative 14-18

 - D’autres photos en cliquant sur ce lien

 CHAMPCEVINEL - L’EGLISE AUJOURD’HUI - © BERNARD PECCABIN

Posté par Bernard PECCABIN à 17:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


vendredi 19 septembre 2014

AUTOUR DE LA PLACE DE L’ABBE BOISSEUIL

 

centre social

- Le presbytère devenu Centre Social Culturel et Ecole de Musique. Sur le mur, figure une plaque souvenir en mémoire de l’abbé Boisseuil accusé par l’occupant nazi d’avoir hébergé des juifs et des résistants, et déclaré en chaire, qu’il fallait prier pour le peuple russe. Arrêté en 1943, il fut déporté à Drancy et mourut au camp de Dora.
- Voir qui est l’abbé Boisseuilh en cliquant sur ce lien.
- Abbé Boisseuil_(Doc : Isabelle_Horeau)_

Un brin d’histoire - En 1688 le presbytère se trouvait dans un état de délabrement. Sa remise en état avait été effectuée par le Vicaire Michel Brelodie. A l’époque le presbytère comportait huit pièces, une écurie et un jardin de seize ares. Un décret du 16 mars 1813 autorisa l’acquisition d’une maison et d’un terrain au Sieur de Crémoux, pour loger le desservant et placer l’actuel cimetière, là où il se trouve ce jour.
Extrait des constatations écrites par le curé Michel Brolodie le 18 novembre 1688 au sujet de l’église de Champcevinel (rédaction en vieux français avec respect de l’orthographe) (source : livre de Christiane Piboyeu "Champcevinel, le chemin parcouru".)
"… nef n’est voûtée… cymetière n’est fermé. La cloche a besoin d’accorder… la maison (le presbytère) consiste en une seule chambre, le degré rompu, mal planchée. La charpente menace ruine… un petit jardin non fermé. N’a que la pension congrüe et dit avoir mille communiants !!! Le clocher a besoin de couvrir… Ordonne qu’il sera nommé des sindicqs, que l’église et le clocher seront couverts, que la maison sera remise en état, le cymetière fermé et que ceux qui prétendent "droit de bans" en justifieront les titres…"
NOTA : l’église dépendait en cette époque du chapitre de Saint-Front qi y envoyait quelques uns de ses membres pour y lire la messe. La restauration de l’église eut lieu, mais certainement beaucoup plus tard, sans doute vers 1750.

biblio

"La meijou dou dimaire", (16° siècle) ancienne demeure de l’Intendant de la Seigneurie de Champcevinel devenue un temps ferme de la famille Bargain, puis mairie, aujourd’hui Bibliothèque de la commune (1° étage) et siège du club du 3° âge au rez de chaussée (photo juin 1996). Elle a été ferme dépendant de la Seigneurie de Borie-Petit, dite "Maison de la Dime", là où était reçue la redevance des fermiers.

Salle des fêtes

- Ci-dessous la salle des fêtes, autrefois grange et étable de la ferme. Au centre, dans ce qui était la cour de cette ferme, se trouve aujourd’hui un monument de Pierre Carcauzon construit en 1991. Sur celui-ci on peut lire "Union des âmes, source de lumière".

Habitations autour de l'abbé Boisseuil

- Habitations autour de la place de l’abbé Boisseuil, où la vigne vierge prend ses couleurs automnales. (photo novembre 1996)

Contreforts étayant le mur de l'église

- Contreforts étayant la base du mur de l’église, peut-être une petite trace des vestiges de fortification de l’église. (photo juillet 1996). A cet emplacement fut construite en 1949, une grosse citerne pour alimenter la population en eau. D’une contenance équivalent à plus de 400 barriques, le creusement a permis de retrouver des ossements humains, provenant de l’ancien cimetière qui était jadis autour de l’église.
- Voir qui est l’abbé Boisseuilh (son histoire) en cliquant sur ce lien.
- D’autres photos en cliquant sur ce lien

 CHAMPCEVINEL - PLACE ABBE BOISSEUIL - © BERNARD PECCABIN

Posté par Bernard PECCABIN à 16:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

samedi 20 septembre 2014

LA PERIPHERIE DU BOURG

Rue Aragon

- La rue Louis Aragon en direction du cimetière communal et ses nouvelles habitations (photo juillet 1996) puis en direction du clocher. (photo juillet 1996)

Le clocher vu du cimetière

- Le clocher toujours aussi dominant, vu du cimetière (photo juin 1996)

Lotissement vu depuis la place du Général de Gaulle

- Le nouveau lotissement vu depuis la place du Général de Gaulle (photo juillet 1996)

Beausoleil et les hauteurs de Fosse Rouge vus depuis le cimetière

- Beausoleil et les hauteurs de Fosse Rouge à l’horizon vu du village (photo juillet 1996)

couleurs d'automne entre cimetière et terrain de boules

- Couleurs d’automne entre cimetière et terrain de boules (photo octobre 1996)

Hameau de Sourbarie au téléobjectif vu depuis place du général de Gaulle

- Le hameau de Sourbarie vu au téléobjectif de la place du Général de Gaulle. Au premier plan, le lotissement du petit pré (photo septembre 1996)

- D’autres photos sur ce sujet en cliquant ici

Extrait du registre tenu à l’époque par le curé Lacombe (source livre de Christiane Piboyeu)

… "le seizième juin 1722, il gresla si fort dans cette paroisse que les grelles estaient presque toutes grosses comme des œufs de poule et on en a rapporté qu’il avait tombé à Périgueux, d’aussi grosses qu’un pain d’un sol. On prétend que la gresle en a fait pour 12 000 livres des vitres que la gresle cassa dans cette ville., ce qui donna occasion aux paroissiens de Champcevinel de me prier, moy soulsigné curé, de faire vœu pour toute la paroisse et que les paroissiens faisaient dire une messe la veille de Saint Jean-Baptiste, et que le Sieur Curé fairait après la messe, la procession commençant par la Véni Créator, après quoy on chanterait les litanies des saints, faisant le tour de l’église, après quoi on fairait le tour du cimetière et la veille de la Saint Jean, ils chaumeraient la feste jusques après la procession aussy bien que le lendemain de la Saint Jean. Le Curé dira la messe à l’honneur des Saints Abdon et Pennem, qui est le 30 juillet, et ont  promi de continuer ce vœu, c’est pourquoi je l’ai mis par écrit afin que celui qui sera Curé, le dimanche, leur annonce ledit vœu et les paroissiens lui donneront chacun ce qu’il voudra pour la messe et la procession…"
Lacombe, curé de Champcevinel

CHAMPCEVINEL - PERIPHERIE DU BOURG - © BERNARD PECCABIN

Posté par Bernard PECCABIN à 14:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

mardi 23 septembre 2014

ANCIENS ET NOUVEAUX QUARTIERS DU BOURG

Rue Salvador Dali

- Nouveau quartier avec comme axe principal la rue Salvador Dali (photo octobre 1996)

Rue Arthur Rimbaud

- Ci-dessous l’entrée ouest du bourg avec la rue Arthur Rimbaud qui rejoint Borie-Petit, puis la côté Durand. Au premier plan à droite le restaurant "La Forge" (photo juin 1996)

ancienne école

- Ancienne école du bourg, aujourd’hui entièrement restaurée. Nombreux sont ceux qui en gardent de bons et mauvais souvenirs. Elle accueille garçons et filles du CM2 et est devenu au cours de ce nouveau siècle le nouvel Hôtel de ville (photo juillet 1996)

Rue de la Forge

- La rue de la Forge sans doute en mémoire à l’ancien maréchal de la commune (photo juillet 1996)

- D’autres photos sur ce lien

CHAMPCEVINEL - ANCIENS ET NOUVEAUX QUARTIERS - © BERNARD PECCABIN

Posté par Bernard PECCABIN à 15:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

jeudi 25 septembre 2014

LES ECOLES ET LES INSTALLATIONS SPORTIVES

écol maternelle

- L’école maternelle (photo novembre 1996)

école prim

- Nouvelle école primaire de Champcevinel (photo juin 1996)

Courts de tennis

- Les courts de tennis et le nouveau gymnase dont les abords sont en chantier et qui reste à cette époque une des dernières réalisations de la commune (photo juin 1996)

stade

- Stade municipal (photo novembre 1996) et terrain de hand et de basket (photo juillet 1996)

école 1905

- L’école de garçons en 1896. A noter le curieux couvre-chef de l’instituteur M. Bazinet au fond et au centre de ce document.
On reconnaît en arrière plan l’entrée de l’église avec ses deux colonnes. Mais au-delà de ce décor, j’ai une pensée pour les plus petits âgés de 6 ans pour les plus jeunes et 13 et 14 ans peut-être pour les plus vieux. En effet, 18 ans après la guerre éclate ! Les plus jeunes auront 24 ans, les plus vieux 32 ans… Certainement qu’aujourd’hui nombreux d’entre eux figurent sur le monument aux morts et parmi les 40 noms de soldats de la commune morts pour la France. (Archive sud-ouest)

restauration d'une ancienne école

- Restauration de l’ancienne école qui après guerre recevait les classes du certificat d’études. Les anciens ont eu certainement une nostalgie en redécouvrant ces bâtisses, la cour de récréation surveillée par l’instituteur issu peut-être de l’école normale de la III° République et dont le but était d’alphabétiser la population rurale et de leur apprendre les rudiments de la morale, de la politesse et de la propreté. (photo août 1998)

CHAMPCEVINEL - ECOLES ET INSTALLATIONS SPORTIVES - © BERNARD PECCABIN

Posté par Bernard PECCABIN à 17:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

samedi 27 septembre 2014

LE BOURG VU DE NUIT

Centre bourg de nuit

- La beauté de l’éclairage sur le centre bourg donne un éclat particulier à la pierre (photo novembre 1996).

La mairie de nuit

- Ci-dessus la nouvelle mairie et la place abbé Boisseuil (photo novembre 1996)

Un brin d’histoire - L’église fut reconstruite probablement vers 1577, lorsque la paix de Bergerac fut signée, elle-même promulguée par l’Edit de Poitiers. L’église Saint-Marc d’aujourd’hui a été édifiée entre 1874 et 1877, et sur un même emplacement que l’ancienne. On a seulement inversé l’entrée et le chœur, puis on a augmenté la hauteur du clocher. C’est Monseigneur Dabert qui a consacrée le 16 mai 1878 cette nouvelle église (la troisième construite sur cet emplacement), véritable point de repaire de tout les habitants de la commune et qui sait, peut-être place forte de Périgueux et du Périgord central ! (source Champcevinel le chemin parcouru, livre de Christiane Piboyeu)

L'église Saint-Marc de nuit

- La beauté de l’église de nuit (photo novembre 1996)

Le bourg de nuit

- Le centre social culturel et le chemin de Jacquou (photo novembre 1996)

Un brin d’histoire - Alors que la révolution se déchaîne et que les têtes tombent à Paris au nom de la Liberté, Champcevinel subit des bouleversements sans trop de dommages, puisque les républicains les plus acharnés de la paroisse se contentent à procéder à quelques dégradations :
- les girouettes à fleurs de lys, symbole de la royauté déchue, sont décrochés du toit de Borie-Petit, les pigeons du colombier, qui comme chacun sait témoigne de l’importance du domaine et se nourrissent au détriment des récoltes sont exterminés et probablement consommés.
- une vierge en pierre du 12° siècle est mutilée
- le châtelain, Monsieur de Crémoux part en émigration. Sa famille se réfugie à l’hôtel de Crémoux à Périgueux, où dans le plus grand dénuement, Mme de Crémoux et ses enfants ne doivent survivre que grâce au dévouement de l’ancien régisseur qui leur apporte des vivres dérobés la nuit, dans le grenier de Borie-Petit. (source Champcevinel le chemin parcouru, livre de Christiane Piboyeu)

CHAMPCEVINEL - LE BOURG DE NUIT - © BERNARD PECCABIN

Posté par Bernard PECCABIN à 14:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]