jeudi 28 août 2014

ETYMOLOGIE DE CHAMPCEVINEL ET TOPONYMIE

champcevinel

- L’occupation du site à l’époque gallo-romaine est rappelée par le nom du lieu CAMPUS DE SABINELLUS (domaine d’un légionnaire romain démobilisé sur place). Au XIII° siècle, il s’écrit CHANSAVINEL et on relève une forme latinisée avec CAMPI SAVINELLI en 1243, puis CHAMPSAVINEL en 1303 et au XVIII° siècle CHAMPSEVINEL (1774), graphie connue au XIX° siècle.
- Le nom est formé de l’occitan du Nord "champ, terre" (aussi champ en ancien français), issu du latin Campus "plaine cultivée" et du nom de personne SABINEL, diminutif de SABIN, lui-même du nom romain SABINUS.

Résumons-nous avec trois versions :

  • CHAMP DE SAVINEL (diminutif de Sabin, nom propre Nord-Occitan)
  • CHAMP DE VIGNES (par allusion aux vignes plantées au 14° et 15° siècle)

  • CAMPUS SABINELLI (Campus de Sabinellus, domaine d’un légionnaire romain démobilisé sur place).

TOPONYMIE

Champcevinel_au_travers_de_sa_toponymie__lieux_dits_ (cliquez sur le PDF)
Géographie_linguistique_de_Champcevinel  (cliquez sur le PDF)
toponymie_des_lieux_dits_de_la_commune_de_Champcevinel
 (cliquez sur ce PDF)

CHAMPCEVINEL - ETYMOLOGIE - © BERNARD PECCABIN

Posté par Bernard PECCABIN à 17:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


lundi 1 septembre 2014

L'ENIGME PREHISTORIQUE DE CHAMPCEVINEL

bifaces et pointes moustériennes trouvés à Périgueux, Fosse Rouge et aux Vignes

Notre photo : Bifaces et pointes moustériennes trouvés à Périgueux, à Fosse Rouge et aux Vignes (collection Roger Aubisse - époque paléolithique soit plus de 10 000 ans avant Jésus-Christ)
NOTA : les premiers outils de pierre sont les galets façonnés avec un tranchant obtenu par enlèvement partiel de matière. Ensuite l’homme améliore sa technique de taille, façonnant totalement le galet et obtient ainsi le biface.
- Sur les points hauts de la commune comme Fosse Rouge, La Grange, La Séparie, Barbe, les Vignes, Boisset, Maison Rouge, Sourbarie, Bureau, des hommes préhistoriques ont probablement séjourné. Les pierres taillées trouvées dans certains de ces sites en témoignent. Celles-ci dateraient des époques paléolithiques.

bifaces et pointes moustériennes

Notre photo : Bifaces et pointes moustériennes trouvées à Château-l’Evêque, à Cosse Noire, à Montrem et Agonac (collection Roger Aubisse - époque paléolithique).
-
 Je laisse libre cours à mon imagination en pensant à ces hommes vivant sur ces hauteurs à l’époque du feu. Il est à la fois difficile et ambitieux d’imaginer lors de ces périodes, l’allure du manteau forestier et végétal qui couvrait le territoire de la commune, mais évidemment, il n’aurait certainement rien à voir avec celui d’aujourd’hui. Peut-être de ces sommets, les tribus observaient les espaces découverts, les prairies et les steppes environnantes. C’est vrai que de là on peut observer la plaine ou les vallons en contre bas, apercevoir qui sait les mouvements des chevaux, des bisons, des rhinocéros, des éléphants et des troupeaux de rennes. C’est vrai aussi que ces plateaux constituent des lieux de protection privilégiée pour ces hommes vivant dans une nature hostile. A la fin du paléolithique, lors de l’adoucissement de la température, certainement que des chasseurs de rennes auraient suivi la migration de leur gibier vers le Nord et se seraient adaptés sur ces terres à de nouvelles conditions de vie.

pointes et flêches du néolithique

Notre photo : Pointes et flèches trouvés aux Vignes. Dessous de gauche à droite un racloir trouvé à Boisset et une hache polie trouvée à Champcevinel(collection Roger Aubisse)
-
 Succède ensuite l’époque néolithique (10 000 ans avant Jésus-Christ) avec l’arrivée de la pierre polie et dont des spécimens ont été retrouvés sur les terres de la commune. Le néolithique révèle la transformation du paysage grâce à l’arrivée d’hommes qui pratiquent une agriculture itinérante et d’élevage. 2 500 ans avant Jésus-Christ nous sommes à l’âge des métaux avec le fer et le bronze. La suite on connait, avec la fondation de Rome, la Gaule et la naissance du Christ.

pierres taillées du néolithique

Notre photo : Pierres taillées du néolithique (plus de 5000 ans avant Jésus-Christ) - (collection Roger Aubisse)

anciennes pierres

Notre photo : de gauche à droite deux bifaces trouvés à Barbe et un à La Grange. Rangée ci-dessus avec biface de Barbe, de Borie-Petit, de Barbe encore et pointe moustérienne des Cailloux. (collection Roger Aubisse)

CHAMPCEVINEL - LA PREHISTOIRE- © BERNARD PECCABIN
Reportage photo sur une commune du Périgord Blanc avant le deuxième millénaire

Posté par Bernard PECCABIN à 18:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

lundi 15 septembre 2014

LES ARMOIRIES DE CHAMPCEVINEL

blason

- "Sur un fond couleur lie de vin, un châtaignier tenu par deux mains serrées qui symbolisent l’amitié".
- Telle la feuille d’érable qui appartient au drapeau Canadien, le châtaignier reste lié à l’histoire de Champcevinel. Que ce soit pour le bois comme pour le fruit, cet arbre bien du Périgord a contribué à procurer un certain confort aux paysans et à améliorer l’ordinaire lors des périodes difficiles de leur vie.
- La vigne destinée avant le 18° siècle à produire le vin aux bourgeois de la ville reste un trait d’union entre la passé et peut-être avec l’étymologie du nom de la commune (Champ de vignes selon certaines hypothèses non fondées).
- L’amitié quand à elle s’affiche par deux mains d’où émerge un châtaignier. Est-ce en signe de gratitude pour cet arbre généreux qui a donné une âme à la commune et l’a aidé à subvenir à ses besoins ? Toujours est-il que cette amitié s’inscrit dans le cadre d’une politique dictée par l’arrivée de nouveaux habitants qui viennent grossir la population de la commune mais aussi par une ouverture sur l’Europe avec le jumelage de Champcevinel et de la ville italienne de Castel Focognano.

(*) l’héraldique du blason de la commune ainsi présenté n’engage que l’auteur. Il se peut qu’une version officielle existe peut-être à la mairie.

CHAMPCEVINEL - LES ARMOIRIES - © BERNARD PECCABIN
Reportage photo sur une commune du Périgord Blanc avant le deuxième millénaire

Posté par Bernard PECCABIN à 18:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

mardi 16 septembre 2014

CHAMPCEVINEL LE CHEMIN PARCOURU PAR CHRISTIANE PIBOYEU

chemi parcouru

- Le livre de Christiane Piboyeu constitue un excellent ouvrage qui retrace la vie de Champcevinel depuis ses origines (autrement dit de la paroisse à la commune).
- Pour cela, l’auteur a passé de longs mois de recherches en fouillant et en prenant des notes à la Bibliothèque de l’Evêché, aux archives départementales, à la Bibliothèque de Périgueux, chez le Conservateur du Musée du Périgord, sans oublier la Société Historique et Archéologique du Périgord.
- Ce long travail lui a permis de réaliser une synthèse dans laquelle elle a su rajouter une note plus contemporaine avec des témoignages de Madame de Chasteigner, de Madame Desage, de Mrs. Longueville et Maligne qui ont évoqué leurs souvenirs et ceux de leurs parents et grands-parents.

- L’ouvrage "Champcevinel, le chemin parcouru" comprend trois parties :
- 1° partie avec l’histoire, topographie, évolution des structures au fil des ans
- 2° partie sur les sites et les monuments de la commune
- 3° partie avec de nombreuses notes et procès-verbaux du conseil municipal, etc…
- Pour ceux qui sont intéressés, cet ouvrage "Champcevinel, le chemin parcouru" a été édité par l’imprimerie moderne à Périgueux en 1992. Il se peut que la mairie en possède quelques exemplaires…

CHAMPCEVINEL - LIVRE DE CHRISTIANE PIBOYEU © BERNARD PECCABIN

Posté par Bernard PECCABIN à 14:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

vendredi 10 octobre 2014

FÊTES ET TRADITIONS DU XIX° ET XX° SIECLE (1° partie)

 

fête de la Saint-Marc

 La Saint-Marc : Au 17° siècle, les maires et consuls de Périgueux, précédés de sergents en robes éclatantes, porteurs de la bannière aux armes de la communauté, défilaient dans le village et jusqu’à l’église où ils assistaient à la messe, et participaient ensuite au repas traditionnel. Cent ans plus tard, c’est le bal du village, lieu où se nouent des idylles qui tient la vedette.

bal au bon accueil

- Par décision du conseil municipal en date du 5 mars 1896, la fête est fixée au troisième dimanche de mai. De nos jours, les festivités commencent le samedi soir et se terminent le lundi. En dehors du bal pour jeunes et vieux, il se déroule diverses épreuves sportives pour petits et grands. L’après-midi du dimanche, un nombreux public assiste au défilé des chars fleuris, accompagnés de danses folkloriques. De chaque côté de la rue principale, se déploie la foire à la brocante. Enfin après le feu d’artifice, la Reine ouvre le bal… Les tout-petits font un dernier tour de manège et la fête se termine tard dans la nuit, avec les flons flons de l’orchestre.

- Le lundi réserve différents jeux pour les enfants. Il y a eu aussi une époque où on bénissait les bœufs. Cette cérémonie se tenait à Borie-Petit chez M. de Chasteigner.

 

fête des cagouilles

- Ces derniers temps, on mangeait les cagouilles le lundi. On se souvient de ceux de la mère Besse "Au bon accueil". A compter de Pâques, toute la famille partait le soir avec une lampe électrique faire les fossés par le Clédier, Foncrose, les Sarthes et retour au bourg… (source Champcevinel le chemin parcouru, livre de Christiane Piboyeu)

Naissance au 19° siècle : A cette époque, les enfants naissaient à la ferme, avec l’aide de la sage femme, hormis pour les cas difficiles où il fallait faire appel au médecin… Le bébé dont le bas du corps était alors

bourassou

enveloppé dans un bourassou, couchait dans le lit du couple, sur le bras de sa mère. Lorsqu’il atteignait 8 à 10 jours, un mois au plus, il était baptisé, car disait-on, s’il lui arrbaptèmeivait de mourir sans avoir reçu la Sainte Onction, il ne pouvait être admis au Paradis… (source Champcevinel le chemin parcouru, livre de Christiane Piboyeu)

Baptême : c’est l’occasion d’une belle fête de famille qui se déroulait à la maison. Après avoir porté le nouveau né sur les fonts baptismaux, où l’on se rendait à pied, un copieux repas, composé la plupart du temps de volailles et produits de la ferme longtemps réservé à l’avance pour cette occasion, réunissait parents et amis autour de la table et la journée s’achevait ainsi joyeusement. (source Champcevinel le chemin parcouru, livre de Christiane Piboyeu)

CHAMPCEVINEL - FÊTES ET TRADITIONS - © BERNARD PECCABIN (à suivre)

Posté par Bernard PECCABIN à 17:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


mercredi 15 octobre 2014

TRADITIONS DU XIX° ET XX° SIECLE (2° partie)

L’école : Sur la place du village se tenait l’école des filles et des garçons. Ne disposant pas de cour de récréation, les petits écoliers jouaient autour du puits sur la place du village, et le son de la cloche les ramenait sagement en rang pour reprendre les cahiers. Il semble que parfois, le maître d’école devait prolonger la sonnerie pour réunir tous les élèves qui s’étaient un peu trop égaillés. Les instituteurs de l’époque étaient Messieurs Bazinet (voir photo sur ce lien) et Duverneuil. La discipline était bien plus rigoureuse que de nos jours et les coups de baguette sur les doigts pleuvaient facilement. Il y avait seulement deux classes d’environ 20 élèves, où l’enseignement dispensé concernait les enfants de 5 à 12 ans. Pour faciliter la tâche du maître d’école, les plus grands prenaient en charge les plus jeunes, pour leur apprendre à lire. Le certificat d’études sanctionnait la fin de la scolarité vers l’âge de 12 ans. Seuls, quelques privilégiés pouvaient poursuivre leurs études, les autres restants au foyer pour s’occuper de leurs jeunes frères ou participer à l’exploitation de la ferme. (source Champcevinel le chemin parcouru, livre de Christiane Piboyeu)

école vers 1970

- L’école vers 1970 (lecture de gauche à droite)
- Premier rang : Cloarec, Lauseille, Parinet, X, X, X, Roubinet, Lagarde, X, Blandin, Ducouret et Gassert.
-
Deuxième rang : X, X, X, Réveillas, Lagarde, Fargeot, X, Dieuaide, X, Lagrange.

école vers 1971

- L’école garçons et filles vers 1971.
Au troisième rang (en haut) : Eric Dieuaide, Philippe Blandin et Thierry Réveillas
Deuxième rang (au centre) : Alain Ducouret, Hervé Blandin, Jean-Marc Trantanba, Jean-François Lauseille, Bernard Condaminas, René Parinet, Brigitte Cloarec, X, Martine Banizette, Patrice Ducouret, Patrick Condaminas.
Premier rang (en bas) : X, X, X, Marie Christine Blandin, Jean-Luc Cheron, Maryse Parinet, Maryline Lauseille, Monique Dieuaide, X, Maguy Henry, Patrick Cloarec, X.
- A compter de septembre 1967, l’école comprenait trois classes avec une seule direction. Les enseignants étaient Mme Dincq (1967), Mme Lascaux (1969), Mme Broit (1976) et Mme Granger (1980-92)

communion 1

La communion : Vers l’âge de 12 ans, avait lieu la communion solennelle qui regroupait la famille autour du communiant, tout raide dans son costume sur la manche duquel il arborait le brassard blanc à franges. Les filles qui ressemblaient à des petites mariées portaient sur la tête des couronnes de fleurs cueillies au jardin, qu’elles offraient au cours de l’office à la Vierge Marie. A cette occasion, petits et grands, vieux et jeunes, assistaient alors à la messe et aux vêpres qui avaient lieu en fin d’après-midi pour ne pas trop abréger le repas qui était généralement copieux et bien arrosé… (source Champcevinel le chemin parcouru, livre de Christiane Piboyeu)

communion

- La sortie des enfants de l’église Saint-Marc un jour de communion solennelle.
Pour les adultes : Il y avait le jeu de quilles sur la place mais aussi le bal du dimanche qui se déroulait "chez Julou". Celui-ci partait à pied avec sa canne et faisait le tour des familles dans les fermes pour les aviser que le bal se déroulerait après les vêpres. Les jeunes filles se rendaient au bal accompagnées de leurs mères, qui, assises sur les bancs qui entouraient la piste, suivaient d’un regard attendri les évolutions des danseurs et de leur progéniture en particulier… Il faut dire que pour venir danser, il leur arrivait de faire plusieurs kilomètres, souvent à travers bois… Chaussées de leurs sabots qui claquaient sur le sol glacé, elles trottaient avec entrain, éclairées par la lanterne qui se balançait… Elles apportaient avec elles les feutres qui glissaient si bien sur le parquet ciré de la salle de bal. Si par aventure, elles rencontraient des loups (M. Longueville précise que sa mère eût l’occasion de voir briller les prunelles phosphorescentes de l’un d’eux) elles retiraient leurs sabots de bois, qu’elles frappaient l’un contre l’autre, ce qui décontenançait l’animal, qui, généralement, restait à distance et finissait par s’éloigner. Dans le souvenir de nos amis, un seul loup aurait été aperçu vers le Clédier à l’occasion d’une messe de minuit qui réunissait pratiquement tout ce que le village comptait de personnes valides… (source Champcevinel le chemin parcouru, livre de Christiane Piboyeu)

bal salle des fêtes

- Bal dans la salle des fêtes (derrière l’église) dans les années 1975

CHAMPCEVINEL - FÊTES ET TRADITIONS (2° partie) - © BERNARD PECCABIN (à suivre)

Posté par Bernard PECCABIN à 18:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

lundi 20 octobre 2014

TRADITIONS DU XIX° ET XX° SIECLE (3° partie)

 

Maxime Simonet officie à un mariage

 Le MariaRoger Malignege : Il consacrait la vie d’un nouveau couple, car à cette époque, le terme de concubinage était péjoratif. C’était une grande fête de famille qui durait plusieurs jours et se déroulait chez la jeune fille. Les arrangements, par contre avaient lieu chez le jeune homme. Le jour venu, le cortège quittait le domicile de la fiancée, précédé d’un accordéon, plus rarement d’un violon, et l’on se rendait à pied à la mairie puis à l’église. Il y avait à cette occasion un bal dans la salle du village décorée pour la circonstance et lorsque minuit sonnait, les nouveaux mariés, les "novios" s’échappaient pour aller passer leur nuit de noce en un lieu secret, connu seulement de quelques initiés. Ceux-ci, le moment venu, beaucoup plus tard, "vendaient la mèche" afin que les invités puissent apporter le tourin que les époux devaient déguster sous leurs regards amusés. (source Champcevinel le chemin parcouru, livre de Christiane Piboyeu)
Notre photo : Maxime Simonet (maire de 1945 à début 1977) célèbre un mariage.
 A gauche, Roger Maligne secrétaire de mairie, assiste à un mariage

Les foires : A l’occasion des foires, on amenait le bétail à Négrondes ou Thiviers. A Vigneras, se trouvait un relais avec abreuvoir où s’arrêtaient les maquignons en blouse noire et chapeau de feutre. Le grand-père de M. Longueville, M. Faure accompagnait ces marchands de bestiaux qui rentraient de la foire avec leur portefeuille bien garni, afin de les protéger des brigands qui auraient été éventuellement alléchés par le produit des transactions. Un soir, sur le chemin du retour, son attention fut attirée par de faibles gémissements qui semblaient venir de l’anfractuosité d’un rocher qui bordait la route. Intrigué et s’étant rapproché, il découvrit une portée de louveteaux qu’il amena à la mairie, ce qui lui valut une récompense… (source Champcevinel le chemin parcouru, livre de Christiane Piboyeu)

Le baron et les métayers : Le baron de Chasteigner était une figure très populaire de la commune. Très simple, il allait dblason de Louis de Chasteigner ancêtre du barone temps en temps casser la croûte chez ses métayers avec une frotte à l’ail au lard et un verre de rouge. Lorsqu’il se promenait en bordure des champs, il orientait ostensiblement son parapluie vers le sol, afin de détourner son regard et prouver qu’il se surveillait pas ses fermiers dans leur travail, mais qu’il leur faisait entièrement confiance… (source Champcevinel le chemin parcouru, livre de Christiane Piboyeu)
Notre photo : Blason de Louis de Chasteigner, ancêtre du baron

L’énoisage : Il se pratiquait le samedi et se terminait par un repas sur le coup de minuit. Repas composé de grillons, de boudin, de cerneaux de noix, accompagnant la tourte et le vin blanc. Tout cela dans une ambiance joyeuse où les chants et les rires se succédaient. (source Champcevinel le chemin parcouru, livre de Christiane Piboyeu)

tuer le cochon

Le cochon : Lorsqu’une famille tuait son porc au cours de l’hiver, les voisins étaient invités à venir tremper le jimboura, la soupe traditionnelle où cuisent les boudins avec les légumes. Et chacun repartait avec sa soupière fumante, dans laquelle étaient disposés à l’avance des tailles de pain. On vous glissait discrètement sous le bras, enveloppé dans un morceau de papier, une portion de boudin chaud et odorant et si vous étiez parmi les intimes, une ou deux grillades. (source Champcevinel le chemin parcouru, livre de Christiane Piboyeu)

CHAMPCEVINEL - FÊTES ET TRADITIONS (3° partie) - © BERNARD PECCABIN (à suivre)

Posté par Bernard PECCABIN à 17:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

jeudi 23 octobre 2014

TRADITIONS DU XIX° ET XX° SIECLE (4° partie)

battageLe battage du blé : Il durait environ un mois sur la commune, réunissait à tour de rôle les habitants autour d’un gros repas, confectionné uniquement des produits de la ferme. L’on procédait à trois battages par jour et la batteuse tirée par des vaches, se déplaçait d’une propriété à l’autre. Chacun avait un rôle particulier : l’engrainage, la confection du pailler, le transport des sacs sur l’échine. (source Champcevinel le chemin parcouru, livre de Christiane Piboyeu)

Vigne à Barbe

 Notre photo : Vigne de Paul Marquet près de Barbe (septembre 1996)
Les vendanges : Dans les vignes, qui constituaient une des premières ressources agricoles, se retrouvait une troupe d’environ vingt-cinq personnes composée d’une majorité de jeunes, famille, voisins et amis. Souvent les plaisanteries fusaient avec les rires et il n’était pas rare que quelque belle voix entonnât un refrain que tous reprenaient en chœur… (source Champcevinel le chemin parcouru, livre de Christiane Piboyeu)

Travail de la vigne au Pouyaud

 Notre photo : Une vigne près du Pouyaud encore travaillée, mais aujourd’hui disparue (octobre 1996)

La mort : Lorsque l’ancêtre atteignait le port et quittait ce monde, on le parait de ses plus beaux vêtements, qui n’avaient servi que dans les grandes occasions, et allongé sur son lit funèbre, une bougie allumée en permanence sur la table de nuit, avec le brin de buis sur l’assiette remplie d’eau bénite, il recevait la visite des parents et des amis qui venaient se recueillir… Le mort ne restait jamais seul et la veillée funèbre se poursuivait une ou deux nuits, jusqu’à l’inhumation. Les voisins se relayaient auprès des membres de la famille et pour tenir éveillé, on buvait du café. Peu à peu le sujet de la conversation dérivait et s’écartait un peu du mort… C’était le menuisier du village qui fabriquait le cercueil. La levée du corps avait leu à la maison et le cortège funèbre précédé par le prêtre et deux enfants de chœur, dont l’un était chargé de la croix, l’autre de l’encensoir, faisaient parfois plusieurs kilomètres à pied jusqu’à l’église, puis au cimetière. Les cordons du poêle étaient tenus par quatre personnes, hommes ou femmes selon le cas. Le retour avait lieu également en cortège. (source Champcevinel le chemin parcouru, livre de Christiane Piboyeu)

 

Maxime Simonet

Les notables du village : C’était le maire, le curé et l’instituteur qui lui remplissait bien souvent le rôle du secrétaire de mairie. On connaissait de plus trois familles nobles sur la commune (de Chasteigner à Borie-Petit, du Cheyron à Borie-Bru et de Mallet à Vigneras). (source Champcevinel le chemin parcouru, livre de Christiane Piboyeu)

Notre photo : Maxime Simonet ancien maire de la commune (1945-1977)

CHAMPCEVINEL - FÊTES ET TRADITIONS (4° partie) - © BERNARD PECCABIN (à suivre)

Posté par Bernard PECCABIN à 16:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

mercredi 29 octobre 2014

TRADITIONS DU XIX° ET XX° SIECLE (5° partie)

  

garder les moutons

L’occupation des enfants : Avant d’aller à l’école, il n’était pas rare de garder les moutons. Puis il fallait aller à l’école avec des sabots aux pieds et en passant par le plus court et bien souvent par des sentiers à travers bois. La vie était réglée sur l’heure solaire. La classe comptait près de 45 élèves du cours préparatoire au cours fin d’études (7 à 13 ans). Le repas était pris sous le préau. L’élève qui avait emporté sa gamelle avec des tailles de pain, avait l’avantage de se voir tremper la soupe. Le reste du repas consistait en sandwiches aux rillettes ou à l’omelette froide. (source Champcevinel le chemin parcouru, livre de Christiane Piboyeu)
La chandeleur : A cette occasion on faisait bénir un cierge que l’on allumait à la fête, dès qu’un orage commençait à gronder, ce qui devait avoir pour effet de conjurer la foudre. Dès que l’orage était terminé, on éteignait le cierge qui devait servir tout au long de l’été. (source Champcevinel le chemin parcouru, livre de Christiane Piboyeu)
Le prêtre : De 1861 à 1901, l’abbé Fournier a eu la réputation d’être aussi un excellent guérisseur. Un habitant des Chabannes, oncle de M. Maligne fut guéri de la fièvre typhoïde au moyen d’une rate d’agneau placée sous ses pieds, avec recommandation de faire disparaître l’emplâtre à l’annonce de l’arrivée d’un médecin. Ce curé n’avait pas son pareil pour guérir les plaies rebelles, ulcères, etc… Il fut remplacé plus tard par l’abbé Mazeau qui d’une grande simplicité parlait patois et allait à la chasse comme les paysans du coin. (source Champcevinel le chemin parcouru, livre de Christiane Piboyeu) 

plantation des pins

 

Planter les pins : De tous temps, la plantation des pins a constitué une grande fête. Une époque où on allait chez tous les conseillers pour planter le pin, mais aussi pour boire ou casser la croute chez les élus, voire y faire un bon repas. Sur cette photo des années 50, on aperçoit un équipage de chevaux de trait sur la route des Brousses qui transporte quatre pins coupés certainement aux Sarthes ou à Vigier. Sur la charrette ci-dessus, on aperçoit le jeune Yves Besse et Yvan Deschant et bien d’autres personnes de la commune coiffés du traditionnel béret occitan. A gauche, on aperçoit la route castinée qui descend pour rejoindre celle d’Agonac via la Combe.

CHAMPCEVINEL - FÊTES ET TRADITIONS (5° partie) - © BERNARD PECCABIN (à suivre)

Posté par Bernard PECCABIN à 14:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

jeudi 30 octobre 2014

TRADITIONS DU XIX° ET XX° SIECLE (6° partie)

Prix cycliste des fêtes de la Saint-Marc : La course a été une tradition bien présente, surtout après la libération. Les premiers prix cyclistes étaient organisés par le restaurant "Au bon accueil" d’où les coureurs partaient. Selon les époques le peloton se dirigeait vers Beausoleil, Penlèbre, Les Mazades et retour par la rue Paul Mazy, Barbe et le bourg. Parfois les coureurs descendaient par le Lac, la Combe pour revenir par la côte Durand (près de Borie-Petit). Les derniers prix cyclistes, eux se sont disputés depuis la rue Aragon, rue Louis Pergaud et retour par la rue du Majoral Fournier. Dans les années 50, un prix du Pouyaud se déroulait de ce lieu-dit et jusqu’aux Piles, où on tournait autour d’un baril, pour revenir vers le départ.

Lili Besse lors du Prix cycliste en

 

Eliane Condaminas lors du prix cycliste en 1972

Notre photo : En 1958, victoire de Jacques Suertegaray (CC Belvès) qui se voit remettre la gerbe par Lili Besse, devant le commerce de ses parents. - (photo noir et blanc)
- En 1970, Gérard Darrin (CC Périgourdin) devient le lauréat et se voit fleurir par Liliane Condaminas. - (photo couleur)

Liens sur le cyclisme à Champcevinel :
- Palmarès du Prix cycliste de la commune de Champcevinel

CHAMPCEVINEL - FÊTES ET TRADITIONS (6° et dernière partie) - © BERNARD PECCABIN

Posté par Bernard PECCABIN à 18:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]