fête de la Saint-Marc

 La Saint-Marc : Au 17° siècle, les maires et consuls de Périgueux, précédés de sergents en robes éclatantes, porteurs de la bannière aux armes de la communauté, défilaient dans le village et jusqu’à l’église où ils assistaient à la messe, et participaient ensuite au repas traditionnel. Cent ans plus tard, c’est le bal du village, lieu où se nouent des idylles qui tient la vedette.

bal au bon accueil

- Par décision du conseil municipal en date du 5 mars 1896, la fête est fixée au troisième dimanche de mai. De nos jours, les festivités commencent le samedi soir et se terminent le lundi. En dehors du bal pour jeunes et vieux, il se déroule diverses épreuves sportives pour petits et grands. L’après-midi du dimanche, un nombreux public assiste au défilé des chars fleuris, accompagnés de danses folkloriques. De chaque côté de la rue principale, se déploie la foire à la brocante. Enfin après le feu d’artifice, la Reine ouvre le bal… Les tout-petits font un dernier tour de manège et la fête se termine tard dans la nuit, avec les flons flons de l’orchestre.

- Le lundi réserve différents jeux pour les enfants. Il y a eu aussi une époque où on bénissait les bœufs. Cette cérémonie se tenait à Borie-Petit chez M. de Chasteigner.

 

fête des cagouilles

- Ces derniers temps, on mangeait les cagouilles le lundi. On se souvient de ceux de la mère Besse "Au bon accueil". A compter de Pâques, toute la famille partait le soir avec une lampe électrique faire les fossés par le Clédier, Foncrose, les Sarthes et retour au bourg… (source Champcevinel le chemin parcouru, livre de Christiane Piboyeu)

Naissance au 19° siècle : A cette époque, les enfants naissaient à la ferme, avec l’aide de la sage femme, hormis pour les cas difficiles où il fallait faire appel au médecin… Le bébé dont le bas du corps était alors

bourassou

enveloppé dans un bourassou, couchait dans le lit du couple, sur le bras de sa mère. Lorsqu’il atteignait 8 à 10 jours, un mois au plus, il était baptisé, car disait-on, s’il lui arrbaptèmeivait de mourir sans avoir reçu la Sainte Onction, il ne pouvait être admis au Paradis… (source Champcevinel le chemin parcouru, livre de Christiane Piboyeu)

Baptême : c’est l’occasion d’une belle fête de famille qui se déroulait à la maison. Après avoir porté le nouveau né sur les fonts baptismaux, où l’on se rendait à pied, un copieux repas, composé la plupart du temps de volailles et produits de la ferme longtemps réservé à l’avance pour cette occasion, réunissait parents et amis autour de la table et la journée s’achevait ainsi joyeusement. (source Champcevinel le chemin parcouru, livre de Christiane Piboyeu)

CHAMPCEVINEL - FÊTES ET TRADITIONS - © BERNARD PECCABIN (à suivre)