parcourir

-  J’ai parcouru Champcevinel par monts et par vaux et vite, j’ai été séduit par la diversité de ses paysages et sa douceur de vivre. Au cours de nombreuses journées, je suis ainsi parti à la rencontre des moindres recoins, des chemins oubliés, de quelques curiosités, toujours muni de mon inséparable appareil à photos, témoin magique de vues inoubliables.

- Au fur et à mesure de mes découvertes, de mes rencontres avec la nature, j’ai senti le besoin de mieux comprendre Champcevinel et plus particulièrement ses racines avec son passé. M. Roger Maligne me donna le précieux tuyau objet de ma curiosité en me parlant d’un ouvrage écrit par Christiane Piboyeu "Champcevinel, le chemin parcouru".

- Après l’avoir lu et relu, le virus de cette terre champcevinelloise me colla encore plus dans la peau. Une rencontre surprise un beau jour du mois d’août avec Christiane Piboyeu renforça mes ambitions pour réaliser un reportage photo sur cette commune. L’échange de nos propos avec Christiane Piboyeu et moi-même avait pour dénominateur commun l’amour envers cette commune. Même si celle-ci n’était pas ma commune, elle restait celle de mon épouse, celle où je m’étais marié un beau jour de l’année 1976 et surtout celle de mes beaux parents, qui eux aussi avaient certainement marqué à leur manière et de leur empreinte la vie de ce paisible bourg du Périgord.

- Je pensais alors à mon beau-père maréchal-ferrant, chasseur acharné et infatigable chercheur de champignons. Je pensais à ma belle-mère, couturière et fine cuisinière du café restaurant "Au bon accueil". Deux personnes en définitive qui avaient eu d’importants contacts avec cette population à connotation rurale lors du siècle dernier, et certainement acteurs d’évènements et de faits divers oubliés…

CHAMPCEVINEL - AVANT-PROPOS © BERNARD PECCABIN
Reportage photo sur une commune du Périgord Blanc avant le deuxième millénaire
Très important : Cliquez sur ce lien pour connaître la liste des publications de ce blog